NOS TRES CHERES ORDURES MENAGERES (suite des cahiers d’archives).

A l’ADQV nous ne prétendons pas être plus intelligents que d’autres, mais certaines de nos propositions dans le domaine de la gestion des ordures ménagères auraient mérité d’être prises en compte ou tout au moins “écoutées” pour en discuter autour d’une table pour confronter les idées.

Mais à l’exception de timides tentatives, on n’a pas su, ni voulu écouter ces bénévoles, qui ne se sont jamais présentés à une élection, (ce sont les paroles de Francis Vogt, preuve à l’appui). Pourtant,avec toutes ces années d’expérience où ces membres de l’ADQV n’ont pas ménagé leurs peines on aurait trouvé des solutions plus justes, plus écologiques et plus favorables financièrement pour les usagers. Les membres du Comité de l’ADQV ont multiplié les rencontres avec d’autres élus d’autres collectivités, analysé d’autres gestions dans tout l’Est de la France et au delà et même en Allemagne et dans les pays nordiques.

Les documents que je vais publier les jours prochains démontreront les gâchis qui auraient pu être évités, autant sur le plan écologique que financier. Mais nos élus successifs ne voulaient rien entendre, comme si l’élection à une fonction de maire ou de président d’une collectivité apportait à leur propriétaire une sorte d’infaillibilité pontificale.

La démocratie participative: inconnue au Pays de Bitche.

QUI GÈRE LES ORDURES MÉNAGÈRES AU PAYS DE BITCHE?

Une délibération du 22 novembre 1997 prise par le syndicat des communes du Pays de Bitche, nous confirme que c’est bien le syndicat des communes du Pays de Bitche qui gère les ordures ménagères et la décharge. Compétence momentanément transférée aux communautés de communes.

D’ailleurs cette délibération autorise le président de l’époque, Joseph Schaeffer, à l’unanimité à signer les travaux à la décharge de Bitche. Nous la reproduisons en pièce jointe.

En 2001, Gilbert Maurer succède à Joseph Schaeffer à la présidence du syndicat des communes. Une délibération du 30.11.2001 en fait foi. Dans cette délibération, que vous pouvez retrouver en PJ, explique que suite à l’arrêté préfectoral du 1er septembre 2001, la reprise de la compétence par revient au syndicat, il y a lieu de réinstaurer la redevance ordures ménagères dans les communes du syndicat des communes.

MAIS QUE DEVIENT NOTRE DÉCHARGE,

Cette décharge appelée CENTRE D’ENFOUISSEMENT TECHNIQUE présente au bout de quelques années “une triste figure”. Voir les photos ci-dessous.

Elle provoque des réactions parmi les écologistes à la tête desquelles se trouvaient Gilles Fauchon, Robert Merckel, Yves Scheffer etc…Ces responsables rejoindront l’ADQV lorsqu’elle a été officiellement portée sur les fonts baptismaux.

Si les photos se passent de commentaires, les membres du Comité de l’ADQV ne purent admettre ce désastre écologique et interrogèrent Monsieur le Préfet. Mais cela provoqua des réactions inadmissibles du Président Maurer que nous reproduiront dans les jours prochains.

Si cette pollution de la décharge qui se répandait dans la HORN fut l’une des motivations de la création de l’association de défense de la qualité de Vie, d’autres éléments provoquèrent la constitution du mouvement en association. Je vous en parlerai dans les jours prochains dans de nouveaux cahiers d’archives.

Des associations telles que l’ADQV, tant décriées par les élus surtout quand elle s’en prend à leurs manquements, sont néanmoins très utiles. D’ailleurs certains élus l’ont compris et ont adhéré à l’ADQV. Alors faites comme eux et rejoignez-nous!

A très bientôt

Rémy Seiwert

Président de l’ADQV