L’ARGENT ET LA SOIF DU POUVOIR MÈNENT A TOUT!

Les réponses de M. Francis Vogt sur les tracts électoraux en réponse à nos bulletins d’information et ses déclarations dans le Républicain Lorrain, m’autorise à apporter quelques précisions sur le rôle de l’ADQV régulièrement mis en cause par les candidats qui n’obtiennent pas les résultats escomptés.

M. Jean Louis Chudz également a distribué un tract aux habitants d’Epping en réponse à un bulletin d’information de l’ADQV.

Quelques exemples parmi tant d’autres:

  1. Dans le tract de la Liste  Bitche au cœur de l’innovation (conduite par M. Francis Vogt)

“Jamais M. Seiwert n’a eu le courage de se présenter aux élections. Il aime tailler des vestes, mais a peur d’en prendre une.

Avec quel argent sont donc payés ces tracts de l’ADQV ? De quel droit M. Seiwert prend-il position au nom des membres de l’association ?

De quel droit M. Seiwert de Volmunster se permet-il de dénigrer Bitche de la sorte.etc…”

  • Dans le tract de Jean Louis Chudz à Epping

“Je dénonce avec force le tract que l’ADQV distribue à quelques heures de la fin de la campagne électorale. Cette méthode est scandaleuse ! Ce que l’ADQV écrit est faux !

Vous le savez, je ne siège pas au Sydeme ! Donc les accusations de l’ADQV à mon encontre sont mensongères et injustes ! etc…”

L’ADQV a répondu à M. Chudz et ses colistiers, preuve à l’appui que toutes nos affirmations étaient exactes.

Lors de la dernière publication sur sur facebook (www.facebook.com/adqv.net)  et sur notre site (www.adqv.net)   le commentaire suivant sous le pseudonyme de Lily Lily a été posté et m’amène à apporter une réponse à toutes ces accusations : 

Lily Lily : ADQV…..beaucoup de critiques…ayez le courage de vous présenter………c’est plus difficile que d’accuser………

  1. Concernant ma non présentation à une élection, je me suis exprimé dans les colonnes du RL du 13 mars 2020 (j’en rappelle succintement les motifs).

Mon emploi dans la fonction publique (jusqu’à ma retraite en 2002) relevant du Ministère de l’Economie et des Finances, et notamment mon dernier poste à l’Organisation Mondiale des Douanes à  Cologne, chargé du renseignement pour l’Europe de l’Ouest,  jusqu’à fin 2001, ne m’autorisait pas à me présenter à une élection (statut des fonctionnaires oblige).

La première élection à laquelle j’aurai pu me présenter était les municipales de 2008. Or à cette époque, j’étais très impliqué par le mécontentement des habitants du Pays de Bitche suite à l’instauration de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères.

  • Sur nos actions : l’ADQV ne critique pas comme on l’écrit, elle dénonce des abus, d’éventuels gâchis, des dépenses somptuaires, des décisions administratives illégales ou génératrices d’injustices, des abus de pouvoir etc… tels que prévus par nos statuts.
  • Cette instauration en 2004 et ces mécontentements ont provoqué la création de l’association de défense de la qualité de vie au Pays de Bitche dont j’ai pris la présidence en mars 2005.  Avec les membres du Comité nous avons contesté cette instauration jusqu’au Conseil d’Etat qui en 2010 a déclaré l’instauration de cette taxe  illégale ce qui a permis à des milliers de foyers du Pays de Bitche de bénéficier du remboursement par l’Etat de cette taxe sur plusieurs années.
  • Pourtant cette taxe avait été instaurée par 45 délégués des communes au syndicat (le maire de Rolbing s’étant abstenu) et par les délégués des communes auprès des 4 communautés de communes mettant en exergue une certaine incompétence de la part des décideurs.
  • Mais parmi d’autres actions dont la liste est trop longue, il faut néanmoins citer l’abandon du projet de la déforestation du Guensbach, que nous avons combattu avec force,où les dirigeants du Sydeme voulaient planter du myscanthus pour alimenter l’usine de méthanisation.
  • L’ADQV a aussi  fait annuler par le Tribunal administratif le budget du Sydeme pour insincérité avec figuration de recettes fictives.
  • Enfin l’ADQV a organisé une manifestation importante à Forbach pour protester contre une gestion catastrophique du SYDEME qui s’est traduite par une dette de 100 Millions de dettes.

Cette manifestation où seul un seul maire du Pays de Bitche a participé a conduit à une profonde réforme avec le changement des dirigeants du Sydeme, la nomination d’un seul VP au lieu des 8 précédemment, la suppression  des sociétés satellites, la fermeture du site de Ste Fontaine et surtout le départ du Président et du directeur général des services qui bénéficiait d’un double salaire depuis de nombreuses années.

  • L’ADQV en 2017 avec le soutien d’ANTICOR et d’autres associations de Moselle Est a dénoncé les abus de suspicions de prises d’intérêts et de favoritisme envers les dirigeants du Sydeme auprès du Procureur de la République de Sarreguemines.

Combien d’élus se sont associés à cette saisie du Procureur comme leur impose l’art 40 du Code de procédure pénale pour défendre les usagers victimes de ces abus ?

Les membres du Comité de l’ADQV sont tous bénévoles et ne comptent pas les heures de travail  dans lequel ils se sont investis, ne demandent pas de reconnaissance particulière, comme l’association ne bénéficie pas de subventions, les seules recettes proviennent des cotisations et dons de ses membres.

Elle est affiliée au registre des associations au Tribunal d’Instance de Sarreguemines. Elle tient son assemblée générale annuelle où il est rendu compte des comptes administratifs régulièrement contrôlés par les commissaires aux comptes. Elle tient aussi des réunions soit au siège ou des réunions décentralisées et rend régulièrement compte à ses membres, dont certains élus, des actions entreprises par la diffusion de bulletins d’information.

Alors pourquoi toutes ces attaques contre l’ADQV et son président ? La réponse est simple, vous l’aurez devinée !

L’argent et la soif du pouvoir mènent à tout!

Pour le Comité

Le président de l’ADQV

Rémy Seiwert