PIERRE LANG 1er VICE-PRÉSIDENT DÉSIGNE LES RESPONSABLES DU FIASCO AU SYDEME…L’ADQV VEUT QU’ILS SOIENT SANCTIONNÉS.


Le Sydeme traverse une crise sans précédent. Les nouveaux dirigeants du syndicat des déchets ménagers de Moselle-Est découvrent plus de 88 millions d’euros de dettes et plus de 17 millions d’euros de déficits. Pierre Lang, 1er vice-président du Sydeme était sur France Bleu Lorraine ce mercredi.

Pierre Lang, maire de Freyming-Merlebach et 1er vice -président du Sydeme

Pierre Lang, maire de Freyming-Merlebach et 1er vice -président du Sydeme © Maxppp – pierre lang freyming 

Moselle, France

L’audit commandé par la nouvelle équipe dirigeante du Sydeme est alarmant, le syndicat des déchets ménagers de Moselle-Est croule sous plus de 88 millions d’euros de dettes et accuse plus de 17 millions d’euros de déficits. Comment en est-on arrivé là ? “C’est très clairement la faute à l’équipe dirigeante précédente, notamment le directeur qui dirige cette affaire depuis le départ. C’est peut-être aussi dû à la faiblesse ou au manque de prise en compte des réalités de la part de l’équipe précédente, malgré de nombreuses mises en garde de la part d’un certain nombre d’élus”, dit Pierre Lang, le premier vice-président du Sydeme, invité de France Bleu Lorraine ce mercredi.  

Le service public sera assuré

Le Sydeme assure le transport et le traitement des déchets pour 380 000 habitants de Moselle-Est, dans près de 300 communes, du Bouzonvillois au Bitcherland, en passant par Forbach, Sarreguemines, Boulay, ou encore Saint-Avold. “Bien-sûr les poubelles continueront à être ramassées, le service public sera assuré. Nous avons fait voter un budget primitif permettant le fonctionnement normal du Sydeme . Cela s’est fait en plusieurs étapes. D’abord, le nouveau président Roland Roth et l’administration de la communauté d’agglomération de Sarreguemines ont voulu faire le point sur la situation réelle financière. Forcément ce n’est pas agréable, cela réserve des mauvaises surprises mais il faut en passer par là. Le montant total est un chiffre qui fait peur, il s’élève entre 100 et 105 millions d’euros de dettes et de déficits. Maintenant, il va falloir aborder la deuxième phase, c’est à dire mettre en place une nouvelle direction et chercher les voies du redressement financier”, précise Pierre Lang.  

Des impôts augmentés ?

Face à une dette aussi colossale, à terme, les usagers devront peut-être encore mettre la main à la poche. “Pour l’instant, il n’y a pas de contributions supplémentaires demandées, en dehors de ce qui avait déjà été demandé ou annoncé l’année dernière par le Sydeme. Maintenant, lors du budget modificatif que nous ferons en septembre et qui inclura la totalité des déficits, nous verrons, notamment avec la Chambre régionale des comptes quelles seront les mesures à mettre en oeuvre pour redresser les finances. J’espère que nous pourrons le faire de la façon la moins douloureuse possible pour les usagers”, dit Pierre Lang

LES RESPONSABLES DOIVENT PAYER

Cette situation ne sera pas réglée tant que les responsables ne seront pas sanctionnées. Elus, dirigeants, contrôle de légalité, personne ne doit échapper à ces responsabilités.
Les usagers ne veulent pas être tout seul à payer les pots cassés.

Le président de l’ADQV

Rémy Seiwert