LE BUDGET DU SYDEME EN DÉSÉQUILIBRE, VERS UNE NOUVELLE AUGMENTATION POUR LES CONTRIBUABLES?

Ce matin dans le RL on apprend que le budget du SYDEME est en déséquilibre! Soit! C’est un peu moins opaque qu’avec le budget du président Serge Starck qui disait que pour rester dans la légalité, il devait ajouter des recettes fictives.

Mais franchement qui croit encore au miracle ???

Une entreprise privée serait depuis longtemps déclarée en faillite.
L’ADQV a été la première à dénoncer ces errements,et à faire annuler le budget par la Tribunal. Le président Roth et le VP Lang l’ont honnêtement admis lors de notre rencontre.Ils ont pris des mesures, mais qui n’empêcheront pas de nous faire payer la casse et cela durant des années.

Quelques mesures vont dans le bon sens

Réduction drastique de vice-présidents, suppression de certains postes
Liquidation de la société d’économie mixte et suppression des filiales comme Spiral Trans, Methavos… Mais là nous aimerions en avoir confirmation par le Président Roth.

Mais il reste de nombreux points à régler

Le recyclage des déchets contenus dans les sacs orange. Les nouveaux dirigeants dans un entretien qu’ils nous ont accordés ont reconnu que le tri des déchets à Ste Fontaine revenait à 232 € la tonne. Alors que ces déchets recyclables devraient nous rapporter de l’argent. Un scandale de plus. Plus on trie, plus on paye.
L’association du papier pour l’Enfance a mis dans certaines communes des containers pour collecter les papiers. Au moins cette collecte sert à une noble cause et même si certaines incivilités sont constatées, il faut féliciter les membres bénévoles de cette association.
Le 1er Vice-président de la Communauté de communes chargé des ordures ménagères du Pays de Bitche s’est offusqué et a évoqué un manque à gagner pour la collectivité. Il fait pourtant partie des membres du bureau du SYDEME et devrait être informé du montant du recyclage..

Là il faut qu’on m’explique???

Chaque semaine dans vos boites à lettres plusieurs kilos de prospectus et autres publicités y sont déposés. La quasi-totalité de ces papiers finissent dans les poubelles. Qui doit en assurer le traitement? L’usager qui ne demande rien? ou les entreprises ou commerces qui produisent des milliers de tonnes de papier, destructeurs de nos forêts?

Et ces sacs plastiques orange parlons en?

Combien finissent à l’incinération ou à l’enfouissement? Alors à quoi sert le tri des usagers ? Et de tous ces sacs plastiques qui représentent 1250 tonnes/ans de plastiques à usage unique.
Dans les autres collectivités on a contourné ce problème en mettant deux poubelles à disposition des usagers et des bornes de collecte sont disposés dans les villes et les villages. En Suisse on a des bornes souterraines.

Le 1er vice-président de la Communauté de communes du Pays de Bitche s’offusque de la caricature reproduite dans le dernier bulletin d’information de l’ADQV

Tout le monde sait qu’aujourd’hui tous les journaux d’information utilisent cette méthode pour sensibiliser les lecteurs. Souvent pour illustrer un personnage fier, on le représente par un coq se dressant sur ses ergots, pour un autre qui change souvent d’opinion il sera caricaturé par une girouette etc…Chacun pourra en tirer les conclusions et bien évidemment cela demande une certaine forme d’autodérision. L’on ne peut pas dire que les délégués responsables de ce séisme au Sydeme soient des bons élèves et méritent des bons points. Ils n’ont pas souvent écouté les analyses faites par les membres de l’ADQV qu’ils avaient tendance à regarder de haut et à vouloir démolir avec acharnement. Certains comme le disait un des nouveaux dirigeants n’y comprennent rien et vont aux réunions pour pouvoir discuter avec ses collègues en évoquant le dernier match de football de leur équipe favorite. Est-ce cela le travail d’un élu? Que dire de Francis Sidot délégué au Sydeme pour le Pays de Bitche et nommé VP au Sydeme au sujet du déficit dénoncé en 2015 dans le RL:“Je suis comme vous, j’apprends les nouvelles par le journal”.
Et Francis Vogt, le président de la communauté de communes au Pays de Bitche qui réclame plus de transparence dans le RL du 0.04.2018:“Nous gérons l’argent public. Nous devons une transparence aux habitants”.
Justement M. Vogt, l’ADQV aimerait avoir plus de transparence de votre part, mais là c’est bouche cousue.

Et quand Eric Hemmert accuse ses collègues de pratiquer ” une gestion d’amateurs”.

D’ailleurs le 1er Vice-président de la Communauté de communes au Pays de Bitche n’a t’il pas pas qualifié la gestion des dirigeants du Sydeme “de gestion d’amateurs” dans le RL du 30.09.2018 ? Et dans ce même article, Eric Hemmert rajoute:“Tous les élus étaient des moutons zélés, ils sont tous responsables”.

Donc nos analyses se rejoignent avec celles de M. Hemmert sur ce sujet. Mais quand l’ADQV propose la sortie du SYDEME, il affirme haut et fort qu’elle serait suicidaire.

Peut être pas autant que ça. Si bien entendu nous aurons une partie de la dette à payer, l’adhésion à une autre collectivité par exemple pourrait nous faire faire des économies. Le président Francis Vogt dans le Républicain Lorrain l’a d’ailleurs envisagé ou alors s’agissait-il une fois de plus de paroles en l’air pour calmer l’opinion publique ?

Les déclarations contradictoires d’Eric Hemmert

Et Eric Hemmert lui-même dans le RL du 16 mars 2019 déclare:“A la communauté de communes, nous avons étudié une sortie. Mais l’argent est le nerf de la guerre. Il nous faudrait entre 8 et 15 M€ pour payer notre dû, car nous sommes solidaires des dettes. Je ne serais pourtant pas contre, vu comme on nous traite”.
Dans ce même article, l’ADQV fait la déclaration suivante:” Tous les ans, on nous promet des comptes à l’équilibre. Tous les ans, il y a des déficits. On ne sortira jamais de ce bourbier que personne ne maîtrise. On doit quitter le Sydeme”.
L’ADQV en chiffrant cette dette à environ 10 M€ estime que la dette correspondrait à 270 € par hab. Étalée sur 10 ou 20 ans, elle serait lourde mais supportable.

Que deviennent les menaces et les remarques parfois virulentes de M. Pierre Lang ?

On peut s’étonner que ce soit M. Pierre Lang lors d’une réunion de la Communauté de communes à Freyming Merlebach qu’il présidait qui a annoncé ce budget largement déficitaire et non le président du Sydeme, Roland Roth.

M. Lang affirme avoir obtenu de façon exceptionnelle, l’autorisation  de voter ce budget largement déficitaire de la part des la Chambre Régionale des Comptes. Cela nous laisse perplexe…Rappelons-nous aussi des déclarations de M. Lang dans le RL du 6.01.2018 qui remettait en cause l’activité même du syndicat. Il avait proposé de reconvertir le centre Methavalor pour uniquement traiter les déchets verts de tout le département et d’ailleurs. Il a ajouté dans ce même article : « Regardez nos boues et notre compost dont personne ne veut. Il y a aussi une trop grande part de sacs verts à méthaniser qui partent à l’enfouissement car il y a trop de pertes sur le tri. Pour moi nous aurions dû rester à deux sacs ; un pour les recyclables, un autre pour le non valorisable. J’ai exprimé des réticences sur la construction de l’usine de sacs à Behren et je me suis opposé à la construction du bâtiment administratif à Morsbach. Enfin, je crois que le Sydeme ne devrait pas investir dans des projets privés et se contenter de traiter nos poubelles ».

Comment se présente l’avenir ?

Après les fêtes ou à l’issue des échéances électorales nos élus, vont-ils oser réclamer une fois de plus que les contribuables mettent  la main au portefeuille afin de  combler ce nouveau déficit abyssal de 17 M€ ?

Assez ! Trop c’est trop ! Le SYDEME doit être dissout ou tout au moins réformé de fond en comble. L’ADQV sait comment le remplacer. Mettons-nous autour d’une table pour discuter.
Ne suivons pas l’exemple de certains élus qui s’arc boutent devant leurs certitudes qui nous ont envoyés au fond du trou.

Le signalement d’ANTICOR auprès du Procureur de la République

Le signalement d’ANTICOR avec le soutien de plusieurs associations et collectifs de Moselle Est qui ont donné procuration au Président de l’ADQV suit son cours selon nos dernières nouvelles. Il serait temps de donner un grand coup de balai dans ce syndicat et que les responsables soient sanctionnés car les usagers ne supporteront plus longtemps ces carences  qui attaquent directement le portefeuille des contribuables.

Pour le comité unanime
Le président de l’ADQV
Rémy Seiwert