DEPOT D’AMIANTE A NIEDERBRONN: LE TA DONNE RAISON AUX OPPOSANTS

RL 17.01.2016 L'ADQV manifeste
Dépôt d’amiante à Niederbronn : le tribunal administratif donne raison aux opposants
Le 16 janvier 2016 à l’appel de l’association HERON, une délégation de l’ADQV s’était jointe aux manifestants pour protester contre ce centre de Stockage prévu à Niederbronn à deux pas du Pays de Bitche en plein Parc Régional des Vosges du Nord (voir photo pour agrandir cliquez dessus).
Le tribunal administratif de Strasbourg vient d’invalider l’arrêté préfectoral autorisant l’entreprise Sotravest à créer un dépôt de déchets amiantés sur onze hectares à Niederbronn-les-Bains, en Alsace du Nord. Les travaux sont suspendus.
Le 26 juillet, le préfet du Bas-Rhin avait signé un arrêté autorisant l’entreprise Sotravest, via sa filiale Axest, à exploiter deux alvéoles dédiées au stockage de déchets amiantés sur son terrain de Niederbronn-les-Bains, en lisière des communes de Reichshoffen et Oberbronn.
Ce feu vert portait notamment sur l’enfouissement de 150 000 tonnes de déchets contenant de l’amiante lié à d’autres matériaux (toitures, tuyaux, plaques de façade, etc.) et cinq fois plus de déchets non dangereux inertes (essentiellement des déchets du BTP, terres et gravats) sur une période de trente ans.
Opposée à ce projet, situé au cœur du Parc naturel régional des Vosges du Nord, l’association Harmonie environnementale de Reichshoffen et observations naturelles (Heron) avait déposé un référé demandant la suspension des travaux. Le tribunal administratif de Strasbourg l’a examiné mercredi dernier.
Le juge des référés a suspendu l’exécution de la décision préfectorale. Les travaux doivent par conséquent être arrêtés.
Voir article des DNA http://www.dna.fr/edition-de-haguenau/2017/02/27/depot-d-amiante-le-tribunal-administratif-donne-raison-aux-opposants?

Pour le comité de l’ADQV
Rémy Seiwert

Publié dans Non classé | Marqué avec , | Laisser un commentaire

DES USAGERS SARREGUEMINOIS MECONTENTS DES SERVICES DU SYDEME

Des usagers-malgré-eux-du Sydeme de Sarreguemines ont transmis un courrier au Président de l’ADQV.
Bien évidemment les faits relatés rejoignent les dysfonctionnements dénoncés par l’ADQV et concernent la distribution des sacs plastiques par le Sydeme.
Le groupe d’usagers abusé relève que la distribution se fait en plein air, qu’il neige, vente, pleuve ou fasse plein soleil.
Le 10 janvier dernier il faisait très froid, la neige et la gadouille étaient au RV. Les usagers devaient attendre stoïquement dans la neige (photo n°2)
Ils nous ont transmis une seconde photo prise en été.
Personne ne s’en offusque, ni le sydeme, ni les élus!!!
Donc un grand camion se met en place, son chauffeur est rejoint par un trafic au nom du Sydeme occupé par trois autres agents du Sydeme.
Pour sécuriser l’endroit à cause de la circulation, deux agents de la Communauté d’agglos sans doute, interviennent également.
Au total: six agents.
Deux rampes sont installées contre le camion, l’une sert à monter dans le camion et l’autre d’y descendre (voir photos).
A l’interieur du camion, les quatre agents du sydeme distribuent les sacs.
Problème: les usagers à mobilité réduite ou en chaise roulante ne peuvent emprunter les rampes.
Comment faire? Pas de réponse! Le Sydeme s’en fout et les élus aussi.
A noter que l’on ne rencontre aucun élu dans les files d’attente.

Conclusion: il aurait tout de même été plus simple et moins onéreux de louer un bureau de la CASC laquelle regorge de bureaux, et qu’une seule personne s’occupe de la distribution tout au long de l’année selon les besoins et le quota alloués aux usagers.
Signé: Le groupe d’usagers abusé par le sydeme et aussi par les élus.

L’ADQV aimerait rajouter le prix de ce camion et son entretien dont peu d’élus connaissent le montant. Mais peu importe, les contribuables ont bon dos. Après on va chercher mille excuses pour justifier des comptes insincères.

Le Comité de l’ADQV va évidemment faire remonter aux élus ce mécontentement. Elle invite aussi tous les usagers victimes d’abus ou témoins de dysfonctionnements à se manifester auprès de l’ADQV
Toutes ces personnes sont cordialement invités à participer à l’assemblée générale de l’ADQV qui se tiendra au mois de mars au café Houth à Urbach (la date sera communiquée sur le site de l’ADQV, sur Facebook et dans le RL)
Le président de l’ADQV
Rémy Seiwert

Lettre de doléances

1 Calendrier
2 Dans la neige
3 rampes inadaptées

Publié dans Non classé, Ordures ménagères | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

NOUVELLE VICTOIRE DES FRONTALIERS

CRÉDIT D’IMPÔT SUR LES RETRAITES
Nouvelle victoire pour le comité de défense des travailleurs frontaliers. Les personnes ayant payé des impôts sur leurs retraites allemandes en France et Outre Rhin, peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt rétroactivement.
Renseignements au Comité de défense des Travailleurs frontaliers 1 rue de la Paix à Sarreguemines
tel: 03 87 95 53 41

RL 9.02.2017 Frontaliers

Le président de l’ADQV
Rémy Seiwert

Publié dans Divers, Non classé | Marqué avec , | Laisser un commentaire

RÉPONSES DU PRÉFET AUX REVENDICATIONS FORMULÉES LE 26 NOVEMBRE A FORBACH

DSC_4989DSC_5225DSC_5290Pour agrandir une photo cliquez dessus.
Le 26 novembre nous étions plus de 700 personnes à manifester dans les rue de Forbach pour dénoncer la gestion hasardeuse du SYDEME.dsc_4964
Mais plus que le nombre de manifestants, nous étions 7 associations et collectifs de toute la Moselle Est forte de milliers de membres et sympathisants pour faire part à Monsieur le Préfet de nos revendications.
Depuis cette date, M. le Préfet nous a fait parvenir deux réponses :
1. La première concerne les revendications que nous lui avons fait parvenir.
2. La seconde concerne l’épandage des digestats provenant de Methavalor dont nous dénoncions les dérives en raison de la présence de métaux lourds et autres dérivés toxiques en soulignant l’effet cumulatif de ces épandages qui constituent une catastrophe écologique irréversible pour l’homme et le bétail.
Par courrier du 29 décembre 2016, il répond à nos revendications :
Sur les emprunts : Le sydeme s’est engagé dans un processus de traitement des déchets visant à réduire les quantités annuelles enfouies et à terme réduire le coût du traitement des déchets. Ce projet ambitieux explique les nombreux investissements qui ont entrainé des incidences budgétaires.
Concernant le centre de méthanisation : il appartient au service gestionnaire de décider des conditions de son exploitation. Il dispose des autorisations nécessaires.
Sur le projet d’exploitation illégale de miscanthus : Bien que le sydeme a bien déposé une demande d’autorisation de défrichement en 2012, l’opération de défrichement ne s’est jamais réalisée.
En mars 2016, le signalement réalisé par le GECNAL a donné lieu à un contrôle sur place par les services de l’Etat, lesquels ont constaté l’absence d’infraction.
Sur la situation financière du Sydeme : il fait l’objet d’un suivi par les services de la Préfecture et par la DDFIP afin de redresses les comptes et maintenir un niveau acceptable pour les usagers.
A ce titre, le Préfet indique qu’il s’est écarté des recommandations de la CRC.
Nous laissons les explications de M. le Préfet à l’appréciation des usagers. L’ADQV et les associations et collectifs réunis attendent des mesures plus affirmées à l’encontre des dirigeants du SYDEME, à la hauteur de l’investissement des services de la Préfecture pour contraindre les collectivités adhérentes à apurer une partie du déficit de la dette et de ce fait reporter les responsabilités sur les usagers.
L’ADQV s’appuyant sur l’avis de la chambre régionale des comptes a déposé une requête contre l’arrêté en janvier 2016 pour :
-la prestation de transfert de technologies et méthodes pour un montant de 6 353 000 € est inexistante.
-pour justifier le rejet du recours gracieux de l’ADQV, l’arrêté préfectoral est motivé par la nécessaire continuité du service public de transporte et de traitement des déchets.
L’ADQV par l’intermédiaire de son avocat conteste ce droit car ni le principe de l’équilibre budgétaire, ni la continuité du service, sont de nature à fonder juridiquement une recette fictive de 6 353 000 €.
Le juge administratif ne s’est pas encore prononcé.
Les explications concernant le défrichement de la forêt du Guensbach sont contestées par de nombreuses prises de vues. A partir de quelle surface peut-on déboiser sans autorisation ?
guensbach 001guensbach2 001
V__6526

Par courrier du 2 février 2016, il répond à nos préoccupations concernant l’impact de l’épandage des digestats de Methavalor exploitée par le SYDEME.
Sur l’enquête publique : terminée le 23 novembre, le rapport et les conclusions seront consultables dans les prochains jours sur le site : moselle.gouv.fr, les services de l’Etat en Moselle, les publications, l’ICPE.
Sur la présence de traces métalliques : Le préfet nous rappelle l’arrêté ministériel du 10 novembre 2009, qui fixe les règles auxquelles doivent satisfaire les installations de méthanisation soumises à autorisation.
Au sujet du stockage de compost non normé sur ce site : l’inspection des installations classées s’est rendue sur le site suite à une plainte de l’ADEPRA (association qui fait partie avec l’ADQV du consortium ayant remis les revendications à M. le Préfet).
Lors de cette visite, le volume constaté de compost non normé classe désormais la plate forme sous le régime de l’autorisation et non de la déclaration.
P1070105RL page 1 Epandage
M. le Préfet rajoute : « Le SYDEME recherche une solution à ce problème. Des engagements ont été demandés au SYDEME non seulement en termes de délais, mais également sur l’efficacité technique pour garantir la fabrication d’un compost normé ».
L’ADQV et les associations et collectifs réunis, si elles ne peuvent qu’être renforcées dans leurs convictions, elles attendent avec impatience les décisions prises. Elles ne toléreront pas qu’on déroge aux règles écologiques comme c’est déjà le cas dans la confection et l’utilisation des sacs plastiques.

Le président de l’ADQV
Rémy Seiwert

Publié dans Divers, Non classé, Ordures ménagères | Marqué avec , , , , , , | 3 commentaires

BLIES EBERSING CONTRE LE PLAN D’ÉPANDAGE DU SYDEME

BLIES EBERSING S’AJOUTE A LA LONGUE LISTE DES COMMUNES QUI S’OPPOSENT AU PLAN D’ÉPANDAGE DU SYDEME SUR SON BAN COMMUNAL
Après Forbach, Behren, Faulquemont, Lixing les St Avold, Achen, Petite Rosselle, Longeville lès St Avold, Puttelange aux Lacs, Hambach, Hundling etc…c’est autour du Conseil Municipal de Blies Ebersing de s’opposer à l’épandage sur son ban communal proposé par le Sydeme.
Blies Ebersing

Le président de l’ADQV
Rémy Seiwert

Publié dans Divers, Non classé, Ordures ménagères | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Où va notre joli Bitcherland ?

Les derniers événements interpellent les Bitcherlaenner et ceux qui ont comme objectif de les défendre : l’association de défense de la qualité de vie au Pays de Bitche. L’ADQV est une association apolitique indépendante des partis politiques.
L’ADQV a toujours fait preuve de sincérité et de loyauté envers les habitants des territoires de sa compétence en dénonçant en toute transparence, devant les plus hautes instances, les gâchis, les dépenses somptuaires, les abus, les irrégularités, la légalité, les actes de mauvaise gestion, les décisions génératrices d’injustices.
L’ADQV, pense que les dernières élections au Pays de Bitche ne vont pas dans le sens souhaité par les habitants, et a reçu de nombreux messages de déception.
Si l’ADQV n’a pas voulu s’immiscer dans le bourbier bitchois, dans l’intérêt et le respect de nos membres bitchois, il en va différemment pour les élections de la Grande Communauté.
Si l’ADQV a plutôt vu d’un bon œil cette fusion et surtout la suppression du syndicat qu’elle demande depuis des années dans un souci de rationalisation et de simplification, elle n’a pas compris les votes de nos élus.
En premier lieu, 35 maires ou délégués ont rejeté le vice-président du Conseil départemental, élu au suffrage universel au Pays de Bitche. Ses compétences sont reconnues jusqu’au département de la Moselle puisque pour la seconde fois, il s’est vu attribuer une vice-présidence et occupe la fonction de délégué à l’aménagement du territoire, ce qui constitue un avantage conséquent pour le Pays de Bitche.
Cela voudrait dire que la Communauté de communes se coupe du département ? A notre avis c’est une grave erreur.
Ce qui veut dire aussi que 35 maires ou délégués désapprouvent l’action du conseiller départemental et même de la majorité des 54 conseillers départementaux et à leur politique volontariste.
Si tel est le cas, la déontologie voudrait que ces élus ne se refugient pas derrière le secret des urnes et dénoncent haut et fort leurs griefs envers le département. Mais le courage leur manque et est-ce la crainte de voir cette majorité départementale ne plus avoir de scrupules pour refuser de subventionner des dossiers ou à être moins enthousiaste ou favoriser un autre demandeur? Attention c’est un jeu dangereux!
La franchise, la loyauté et la sincérité aussi font partie des qualités que l’on reconnait à ceux qui nous représentent, même si de plus en plus elles ont tendance à disparaître. Les électeurs du Bitcherland ne sont pas dupes.
Dans l’ordre d’attribution des vice-présidences, l’ADQV est honorée. Le premier souci du président semble être la gestion des ordures ménagères et de faire entendre la voix du Bitcherland au Sydeme. Le titulaire de la VP, il y a 12 ans condamnait publiquement l’instauration de la TEOM et ses injustices (voir PJ), mais il est vrai que depuis il s’était opposé aussi énergiquement à d’autres engagements de la Communauté de communes. L’ADQV déplore aussi que la dernière soit attribuée au haut débit et TV Cristal. Pourtant ça nous semble être une grande priorité!
Et pourquoi ces nombreuses vice-présidences que l’on aurait pu regrouper ? (équipements sportifs, bâtiments et voiries, travaux en régie, urbanisme, assainissement).
Les délégués ont remis en place des élus qui ont failli dans leurs missions communautaires, d’autres qui se sont présentés sur un coup de tête, sans projet annoncé, ou enfin ceux qui proposé par le Président à qui on a réservé une vice-présidence dans le seul but d’obtenir une majorité, au détriment même de la parité ou de la représentativité géographique ou démographique. Pourtant l’espoir des habitants, de voir mener une autre politique faisant fi des ambitions et des intérêts personnels, a une fois de plus été bafoué.
Où alors les vieux démons de la politique politicienne, ceux qui mènent le Bitcherland dans les abîmes, feront le bonheur de nos voisins qui s’enrichissent de notre cacophonie et ironisent de nos divisions. Oh Ames Bitcherland !

Art RL Hemmert

Pour l’ADQV, son président
Rémy Seiwert

Publié dans Assainissement, Divers, Non classé, Ordures ménagères | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

TOUS LES PROBLEMES SERONT REGLES EN FIN D’ANNEE

Tous les problèmes seront réglés en fin d’année selon M. le Sous-préfet de Sarreguemines.
Merci pour ce cadeau de Noël !
Deux annonces monopolisent le débat au Pays de Bitche dans le Républicain Lorrain de cette fin d’année : le prix des carburants qui va amputer le pouvoir d’achat des français et le Conseil Municipal de Bitche qui ne tient plus qu’à un fil et que la présidence de la Grande communauté de Bitche pourrait en être tributaire. Il est vrai que depuis un moment des tractations pour les postes de président et de vice-présidents dans la Gde Communauté vont bon train.
S’il est vrai que cette fin d’année n’est pas si réjouissante, d’autres soucis sont alarmants pour les contribuables du Pays de Bitche bien que le Sous-préfet ait déclaré dans le RL du 2 novembre 2016 que tous les problèmes seraient réglés (voir titre du RL ci-dessous pour agrandir cliquez dessus).
rl-2-11-2016-les-problemes-seront-regles-titre
ORDURES MENAGERES : Dans le CR de la séance du 22 novembre, le Républicain Lorrain précise que les élus du syndicat avait voté à une courte majorité (18 pour, 16 contre et 3 abstentions) le versement au Sydeme de la contribution exceptionnelle de 600 000 € et avait décidé à l’unanimité de saisir la Chambre régionale des comptes pour récupérer les 325 000 € que le Sydeme lui devait.
Qu’en est-il ? L’ADQV a demandé la communication de ces documents, sans réponse à ce jour.
Pourtant dans le RL du 2.11, on nous indique que le Sydeme devra début novembre avoir réglé ses dettes au syndicat des communes qui devra à son tour le faire. C’est ce qu’a imposé le préfet de région!
TUBEO : Dans le RL du 27.12.2016, lors du CR de la dernière séance du syndicat qui s’est tenue à Hottviller, on apprend que le syndicat va contracter un emprunt pour provisionner 1,25 million d’euros.(Voir article ci-contre. Pour agrandir cliquez dessus).
un-emprunt-pour-payer-orange
Cette somme pourrait encore être plus importante, des dommages et intérêts demandés par Orange seront fixés lors d’une audience programmée début 2017.
Qui va payer ? Aucune réponse n’est apportée, pourtant M. le Sous-préfet a déclaré que tous les problèmes seraient réglés. Il a peut être oublié de rajouter… par les contribuables ou par les abonnés…
Qu’on arrête de prendre les habitants du Pays de Bitche pour des vaches à lait. Au Pays Boulageois il n’a fallu que deux mois pour revenir à la redevance. Au Pays de Bitche, cela fait 13 ans qu’on nous bassine les mêmes insanités.Bravo à ces élus qui ont su reconnaître qu’ils s’étaient trompés! Faut-il que les habitants se révoltent ? Faut-il casser pour être entendu? Etre hors la loi pour faire comprendre aux pouvoirs publics et à certains élus que ça suffit ? Faut-il arrêter de pratiquer le civisme, alors qu’on nous ment effrontément depuis des années ? Ceux qui en prennent les responsabilités sont ceux qui ignorent la démocratie et participent sans honte aux inaugurations et autres festivités aux frais des contribuables !
Nous n’avons pas à rougir de ce que nous avons fait… Il y a eu des erreurs, des divergences parfois légitimes, les élus ont voté à l’unanimité la dissolution du syndicat. Symboliquement car la loi les oblige… peut-on lire encore dans le compte rendu. Oui, M. Lafourcade, le très haut débit est le meilleur service qui puisse exister, mais à condition que le système fonctionne, ce qui n’est hélas pas le cas au pays de Bitche. 20 millions d’investissement public pour un résultat plus que décevant, et en prime une facture supplémentaire (et provisoire) de 1.25 million.
En toute logique, les responsables de ce fiasco auraient du démissionner.
Au pays de Bitche, ils fanfaronnent. De grâce, un peu de décence et de respect pour les contribuables, cocus du Sydeme et de Tubéo.
N’y a-t-il que la loi, la Justice et les pouvoirs publics pour vous faire changer d’avis ? Un peu de fierté, Mesdames et Messieurs les élus. Ne venez plus solliciter les suffrages de ceux que vous sanctionnez. Attention le bulletin de vote aussi servira de sanction!
Chapeau aux élus qui ont défilé avec leurs électeurs à Forbach, il y en a qui font fi de leurs intérêts personnels ! Oui la taxe est injuste. Oui on peut mieux faire en matière de traitement des ordures ménagères et de gestion du réseau TUBEO. Oui, il faut avoir le courage de publier les vrais chiffres. Lors de l’entretien avec les élus de la CC du Pays Boulageois, dans le compte rendu du RL, le Président Starck affirme:« On ne peut plus annoncer des chiffres qui ne sont pas vrais ». Concernant le tri, cela fait 4 ans qu’on nous dit:« Plus on trie, moins on paie ». Non à l’enfumage M. Starck, les usagers veulent du concret!
plus-on-trie-plus-on-paye
on-ne-peut-plus-annoncer-des-chiffres
Pour le Comité, le président de l’ADQV
Rémy Seiwert

Publié dans Non classé, Ordures ménagères | Un commentaire

BEHERN LES FORBACH AUSSI DIT NON A L’ÉPANDAGE DES BOUES DU SYDEME

Après Hambach, Hundling, Forbach, Lixing-lès-St Avold et Longeville les St Avold, Behren les Forbach dit non aussi à l’épandage des boues issues de l’usine de méthanisation de Morsbach du Sydeme.
Gageons que M. le Préfet saura prendre la décision qui s’impose
Rémy Seiwert
Président behren-dit-non-ausside l’ADQV

Publié dans Non classé, Ordures ménagères | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

SYDEME: OU VA VOTRE ARGENT?

iceberg-de-s-starck-2-1

Cet organigramme a été transmis aux élus de Moselle-Est et d’Alsace Bossue. Il suffit de cliquer dessus pour l’agrandir.
Cet organigramme est assorti d’une série de questions dont les réponses sont très attendues.
information-des-elus-de-moselle-est-et-dalsace-bossue-final

DERNIERE MINUTE: Les élus de la CC du Pays Boulageois sont revenus à la redevance. Bravo à toutes les personnes qui se sont mobilisées. Félicitations aux élus d’avoir pris en compte leurs revendications. En espérant qu’ils susciteront de l’espoir pour les autres collectivités frappées par l’injuste TEOM.
Bonnes fêtes de Noël
Rémy Seiwert
Président de l’ADQV

Publié dans Non classé, Ordures ménagères | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

NON A L’ÉPANDAGE DES DÉCHETS DE MÉTHANISATION DU SYDEME

Non à l’épandage des déchets de méthanisation du sydeme
Le Sydeme sous la houlette de Serge Winkelmuller, Directeur général, présente actuellement une étude préalable faite par Terralys filiale du groupe Suez pour épandre sur les champs les résidus sortant du méthaniseur de Methavalor Morsbach (Etude préalable PE Methavalor 01/09/2016 Référence E/E 6268/1A59/14/46) Recyclage agricole des digestats issus de l’unité de Méthanisation Methavalor.
L’enquête publique est soumise à l’ensemble des communes concernées
La situation actuelle
Avec son « usine à gaz » le sydeme était à la tête en 2014 de 21 000 tonnes de digestats liquides, de 7000 tonnes de digestats dits compostés et de 126 tonnes de digestats séchés(page 26). Mais quoi en faire ? Ces résidus s’accumulent sur un terril appelé le « Kilimandjaro » ou dans des cuves en attendant les autorisations à l’épandage agricole. Bien entendu des essais plus ou moins officiels ont été tentés de ci delà sans en faire de la réclame par l’intermédiaire de sociétés dont Sprinar Compotech qui fait livrer par citernes par les Ets Kimmel. Le Sydeme paye (nous payons) pour nous débarrasser si l’on croit le sydeme des engrais valorisés !!!!!Les jus de presse sont proposés avec en prime 8 euros la tonne acceptée !!!! Que paye le Sydeme à SPRINAR Compotech ?
L’Etude
Il s’agit d’une étude de 134 pages avec 36 tableaux et 28 figures qui s’adresse aux seuls spécialistes de géologie, de Pédologie, d’hydrologie, de climatologie, d’agronomie, de chimie minérale et de chimie organique ou de microbiologie générale ou médicale. Comment un élu appelé à se prononcer pour sa commune sur l’épandage de ces digestats peut-il dominer ces données scientifiques qui font références à la fois aux sciences des sols de la vie de l’eau, à la nutrition humaine et animale ?
Tout est affirmé, tous les risques sont minimisés Tout est beau et bon dans le meilleur des mondes et le lecteur est assommé de données techniques toutes en faveur de l’épandage des produits du sydeme.
Prenons un exemple sur le risque microbiologique page 101 de l’étude
« Selon une étude SOLAGRO de 2002, l’opération de « digestion mésophile classique permet d’éliminer en ordre de grandeur 99% des germes pathogènes (facteur 100) et la digestion thermophile (autour de 55°C) 99.99% (facteur de réduction de 10 000) ». De ce fait, les digestats solides et liquides de méthanisation contiennent très peu ou pas d’agents pathogènes »
Présentons le calcul différemment : Eliminer 99% veut dire qu’il reste 1% Dans ces digestats il est courant de trouver entre 1 million et dix millions de germes par millilitre. Si on élimine 99% d’un million il reste 10.000 germes et si on élimine 99 ,9% il reste 1000 germes par millilitres. Plus d’un million de germes pathogènes au litre dans le premier cas…… Tirons-en les conclusions !!
Deuxième affirmation page 117
« Les risques de contamination (principalement ingestion directe de sol ou de digestats contaminés, consommation d’eau contaminée et par inhalation) seront totalement évités par le recours aux règles d’usage suivantes : – d’hygiène fondamentale (propreté, lavage des mains…) ; – respect des distances d’isolement par rapport aux cours d’eau et aux habitations.
Des mesures supplémentaires seront prises et consistent en :
- Enfouissement des digestats épandus dans les meilleurs délais afin de faciliter l’action compétitive des germes telluriques (naturellement présents dans les sols) ; – Respect des délais sanitaires sur les cultures pérennes ; – Port d’une tenue adaptée par les opérateurs de l’épandage »
Que veut dire action compétitive des germes telluriques. Qui peut affirmer un amensalisme entre pathogènes et germes telluriques. Quelles sont les études qui montrent que les germes des digestats du Sydeme sont inhibés compétitivement par les germes présents dans le sol ???? AUCUNE
Enfin le tableau 29 est édifiant pour qui se donne la peine de le lire
Survie des agents pathogènes dans différents milieux (sols en surface, en en profondeur)
Coliformes 14 jours sur herbe ; 38 jours surface du sol
Salmonelles 40 jours sur légumes ou surface du sol, 3 mois d’hiver ou sur sol sableux Streptocoques 63 jours dans le sol
Virus Entérocoques 12 jours dans le sol
Vers d’helminthes Œufs d’ascaris 2 ans sur sol irrigué 6 ans dans le sol
Ces données ne tiennent pas compte de la nature du sol de sa composition en nutriments de la température, de l’hydratation etcetc On annonce des chiffres sur aucune base scientifique.
Les mêmes exemples peuvent être tirés des études géologiques ou chimiques ou agronomiques……

Les quelques phrases suivantes résument bien les conclusions qu’il faut donner à l’étude et qui sont énoncées page 86
Les précautions suivantes devront toutefois être observées lors de la manipulation : précautions d’hygiène (gants, habits, vaccination) ; pas d’épandages sur les terrains destinés aux cultures de légumes consommés crus, et cela, dans un délai de 1 an avant la mise en place de la culture ; précautions pour ne pas contaminer les aquifères par un respect des distances minimales et des dates d’épandage. Précautions pour ne pas contaminer les élevages par le respect des délais minimums de prescription avant retour du bétail sur les parcelles épandues, dans le cas d’épandage sur prairies.
Tout est dit et l’on voit bien les risques encourus pour l’homme, le bétail et l’environnement en cas d’épandage des digestats

La réaction des élus
ENFIN des élus qui réfléchissent et ne se laissent pas endormir par les bonnes paroles du président Stark et les arguments tendancieux et quelque peu irresponsables du directeur général Winkelmuller
Les élus de Hambach puis ceux de Forbach ( à l’unanimité) et ceux de Hundling viennent de refuser l’épandage des boues, digestats et composts de Méthavalor.
Aux autres communes concernées de suivre l’exemple et de donner un avis négatif à l’épandage des digestats sur leurs terres !!!
Jean-Claude Hubert professeur de microbiologie ancien directeur du laboratoire de microbiologie, unité CNRS, Université de Strasbourg.
rl-page-1-epandage

rl-7-12-2016-epandage-forbach-dit-non
Ci-dessus l’article du Républicain Lorrain du 7.12.2016
Le président de l’ADQV
Rémy Seiwert

Publié dans Non classé, Ordures ménagères | Marqué avec , , , , | 2 commentaires