KAPPESITZUNG « WAS WOHR ISCH, ISCH WOHR ».

En cette période de carnaval, les Kappensitzung sont de mise en Allemagne, mais aussi près de chez nous et nos « Footzer » du Bitcherland ont passé en revue la politique locale repris par le Faseboobe de Sarreguemines. Je pense toujours à la formule consacrée « WAS WOHR ISCH, ISCH WOHR » de l’un des humoristes.

Le 2 février nous avons publié sur ce site un article intitulé:  LA MAYONNAISE DU SYDEME NE PREND PLUS. Il relate la réunion organisée par le Sydeme dans le fief de Ham-sous-Varsberg, dont le 1er magistrat est Valentin Beck, vice-président du Sydeme.

Un habitant de ce secteur qui a assisté à cette réunion, M. Hugues Boutter. Il nous a transmis son ressenti de cette réunion qu’il a qualifiée de Kappesitzung (réunion des bonnets).

L’ensemble de son compte rendu figure au bas de cet article. Il vous suffit de cliquer dessus pour une lecture complète. Je vous livre en avant première quelques extraits :

« Alors j’y étais à la « Kappesitzung », non pardon à la réunion d’information du SYDEME. Réunion à destination exclusive des Hamois alors que, et je reprends mot à mot ce qui est écrit dans le flyer,: « … qui regroupe 298 communes (dont la nôtre), représentant 380.000 habitants. ».

Pour bien commencer, on a eu droit à une présentation tentant de faire croire aux badauds que tout va bien et que tout est sous contrôle aussi bien du côté technique que de celui de la gestion de notre syndicat favori. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Quand on fait remarquer qu’il est difficile de comprendre cette « zone grise » entre un établissement public et des sociétés privées (forme juridique de type SAS, SEM pour SYDEME Développement, ayant des personnes physiques à leur tête), le SYDEME a voulu nous faire rêver en parlant des retombées à venir. Mais oui regardez l’UEM à Metz, La SEM de Mainz en Allemagne et d’autres. Grâce à ce genre de montage l’argent retourne aux contribuables et pas qu’un peu ! Euh oui mais quand ? Pas tout de suite nous a-t-on prévenus,

Combien d’unités de méthanisation des déchets urbains existent en France ? 3 à leur connaissance.

Commentaires : Donc les centaines d’office public qui ont préféré l’incinération des déchets urbains sont dirigés par des imbéciles sans vision, sans ingénieurs pointus comme chez nous.

 Le SYDEME fut interrogé sur le devenir des « boues » stockées ? Réponse : pas de problème, tout est sous contrôle, les « composts » contiennent encore trop de particules et autres matières ne permettant pas le « retour à la terre » mais ils ont trouvé la machine qui va régler tout ça. Concernant les déchets ne pouvant être revalorisés ? Réponse : ils sont incinérés en Allemagne pour 70€ la tonne.

Ah bon mais ça coute 110€ dans la présentation leur fait-on remarquer. Oui mais c’est une super grosse unité déjà largement rentabilisée nous dit-on.

Commentaires : Et alors ? Le fait est qu’une incinération bien en dessous des 110€ est possible. M Lang aurait-il raison ou pas tout à fait tort ? D’ailleurs, pourquoi n’a-t-il pas été invité ? Persona non grata lui aussi ? On n’aime décidément pas la pluralité et le contradictoire dans notre SYDEME.

Arrive la question concernant les comptes jugés insincères et les déficits cachés. Réponse : « que de bruit pour un non-évènement !». En effet ce ne sont que des prévisions qui ont été mises en « équilibre » par un jeu d’écriture parce qu’en tant qu’office public le SYDEME comme tous les autres doivent obligatoirement avoir des comptes en équilibre (il faut gérer la chose publique en bon père de famille selon le code Napoléon toujours en vigueur NDLR). Pour minimiser la somme de 2.5 Mio€ objet du courroux de l’autorité de contrôle, le Président nous dit que ça ne représente qu’à peine un mois de recette du SYDEME.

Le directeur financier a encore insisté sur le fait que les comptes prévisionnels ne devaient pas avoir une grande précision et disant même, et je reprends les mots, « ça peut venir du marc de café » !!! Un non-évènement tout ça on vous dit.

Commentaires : En tant qu’organisme publique, le SYDEME est responsable et comptable de chaque €uros que nous lui donnons et l’approximation n’est pas de mise. Si des comptes prévisionnels peuvent être faits par un gamin de CM2 alors faisons l’économie du directeur financier.

Question concernant le total des investissements du SYDEME. M le Président avance un chiffre de 100 Moi€ financé par l’emprunt. Commentaire : c’est quand même énorme !!!

Autre remarque faite en cours de réunion : « mais vous croyez ce que les journalistes écrivent !». Là un journaliste présent a fermement répondu.

Commentaire : Merci aux journalistes de continuer à faire votre métier en laissant tout un chacun s’exprimer, en enquêtant à charge et à décharge, de respecter la déontologie de votre métier et ainsi nous permettre de nous faire notre propre opinion.

En conclusion, je salue le SYDEME qui s’est engagé à continuer d’aller au contact des 380.000 habitants pour lesquels ils doivent travailler. Je n’ai pas été convaincu par les explications car trop souvent contradictoires ou peu précises. La nébuleuse de sociétés privées uniquement gravitant autour du SYDEME m’inquiète. La pluralité et le contradictoire ne font pas partie des valeurs du syndicat. Leur service communication n’est pas un service d’information et ne le sera jamais.

Par contre j’invite tout le monde à se mobiliser, à utiliser correctement les réseaux sociaux comme un outil de la démocratie.

Merci aux associations et particuliers pour leur investissement, continuez svp.

N’oubliez jamais que quel que soit leur mandat ou responsabilité dans des organismes publics, nos élus sont là par nous et pour nous. A cet égard ils nous doivent transparence et information totale.

 Amèrement

Hugues BOUTTER

Pour ceux qui veulent lire l’article en entier cliquez sur 

Kappesitzung

 

Ce contenu a été publié dans Non classé, Ordures ménagères, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.