NON A L’ÉPANDAGE DES DÉCHETS DE MÉTHANISATION DU SYDEME

Non à l’épandage des déchets de méthanisation du sydeme
Le Sydeme sous la houlette de Serge Winkelmuller, Directeur général, présente actuellement une étude préalable faite par Terralys filiale du groupe Suez pour épandre sur les champs les résidus sortant du méthaniseur de Methavalor Morsbach (Etude préalable PE Methavalor 01/09/2016 Référence E/E 6268/1A59/14/46) Recyclage agricole des digestats issus de l’unité de Méthanisation Methavalor.
L’enquête publique est soumise à l’ensemble des communes concernées
La situation actuelle
Avec son « usine à gaz » le sydeme était à la tête en 2014 de 21 000 tonnes de digestats liquides, de 7000 tonnes de digestats dits compostés et de 126 tonnes de digestats séchés(page 26). Mais quoi en faire ? Ces résidus s’accumulent sur un terril appelé le « Kilimandjaro » ou dans des cuves en attendant les autorisations à l’épandage agricole. Bien entendu des essais plus ou moins officiels ont été tentés de ci delà sans en faire de la réclame par l’intermédiaire de sociétés dont Sprinar Compotech qui fait livrer par citernes par les Ets Kimmel. Le Sydeme paye (nous payons) pour nous débarrasser si l’on croit le sydeme des engrais valorisés !!!!!Les jus de presse sont proposés avec en prime 8 euros la tonne acceptée !!!! Que paye le Sydeme à SPRINAR Compotech ?
L’Etude
Il s’agit d’une étude de 134 pages avec 36 tableaux et 28 figures qui s’adresse aux seuls spécialistes de géologie, de Pédologie, d’hydrologie, de climatologie, d’agronomie, de chimie minérale et de chimie organique ou de microbiologie générale ou médicale. Comment un élu appelé à se prononcer pour sa commune sur l’épandage de ces digestats peut-il dominer ces données scientifiques qui font références à la fois aux sciences des sols de la vie de l’eau, à la nutrition humaine et animale ?
Tout est affirmé, tous les risques sont minimisés Tout est beau et bon dans le meilleur des mondes et le lecteur est assommé de données techniques toutes en faveur de l’épandage des produits du sydeme.
Prenons un exemple sur le risque microbiologique page 101 de l’étude
« Selon une étude SOLAGRO de 2002, l’opération de « digestion mésophile classique permet d’éliminer en ordre de grandeur 99% des germes pathogènes (facteur 100) et la digestion thermophile (autour de 55°C) 99.99% (facteur de réduction de 10 000) ». De ce fait, les digestats solides et liquides de méthanisation contiennent très peu ou pas d’agents pathogènes »
Présentons le calcul différemment : Eliminer 99% veut dire qu’il reste 1% Dans ces digestats il est courant de trouver entre 1 million et dix millions de germes par millilitre. Si on élimine 99% d’un million il reste 10.000 germes et si on élimine 99 ,9% il reste 1000 germes par millilitres. Plus d’un million de germes pathogènes au litre dans le premier cas…… Tirons-en les conclusions !!
Deuxième affirmation page 117
« Les risques de contamination (principalement ingestion directe de sol ou de digestats contaminés, consommation d’eau contaminée et par inhalation) seront totalement évités par le recours aux règles d’usage suivantes : – d’hygiène fondamentale (propreté, lavage des mains…) ; – respect des distances d’isolement par rapport aux cours d’eau et aux habitations.
Des mesures supplémentaires seront prises et consistent en :
– Enfouissement des digestats épandus dans les meilleurs délais afin de faciliter l’action compétitive des germes telluriques (naturellement présents dans les sols) ; – Respect des délais sanitaires sur les cultures pérennes ; – Port d’une tenue adaptée par les opérateurs de l’épandage »
Que veut dire action compétitive des germes telluriques. Qui peut affirmer un amensalisme entre pathogènes et germes telluriques. Quelles sont les études qui montrent que les germes des digestats du Sydeme sont inhibés compétitivement par les germes présents dans le sol ???? AUCUNE
Enfin le tableau 29 est édifiant pour qui se donne la peine de le lire
Survie des agents pathogènes dans différents milieux (sols en surface, en en profondeur)
Coliformes 14 jours sur herbe ; 38 jours surface du sol
Salmonelles 40 jours sur légumes ou surface du sol, 3 mois d’hiver ou sur sol sableux Streptocoques 63 jours dans le sol
Virus Entérocoques 12 jours dans le sol
Vers d’helminthes Œufs d’ascaris 2 ans sur sol irrigué 6 ans dans le sol
Ces données ne tiennent pas compte de la nature du sol de sa composition en nutriments de la température, de l’hydratation etcetc On annonce des chiffres sur aucune base scientifique.
Les mêmes exemples peuvent être tirés des études géologiques ou chimiques ou agronomiques……

Les quelques phrases suivantes résument bien les conclusions qu’il faut donner à l’étude et qui sont énoncées page 86
Les précautions suivantes devront toutefois être observées lors de la manipulation : précautions d’hygiène (gants, habits, vaccination) ; pas d’épandages sur les terrains destinés aux cultures de légumes consommés crus, et cela, dans un délai de 1 an avant la mise en place de la culture ; précautions pour ne pas contaminer les aquifères par un respect des distances minimales et des dates d’épandage. Précautions pour ne pas contaminer les élevages par le respect des délais minimums de prescription avant retour du bétail sur les parcelles épandues, dans le cas d’épandage sur prairies.
Tout est dit et l’on voit bien les risques encourus pour l’homme, le bétail et l’environnement en cas d’épandage des digestats

La réaction des élus
ENFIN des élus qui réfléchissent et ne se laissent pas endormir par les bonnes paroles du président Stark et les arguments tendancieux et quelque peu irresponsables du directeur général Winkelmuller
Les élus de Hambach puis ceux de Forbach ( à l’unanimité) et ceux de Hundling viennent de refuser l’épandage des boues, digestats et composts de Méthavalor.
Aux autres communes concernées de suivre l’exemple et de donner un avis négatif à l’épandage des digestats sur leurs terres !!!
Jean-Claude Hubert professeur de microbiologie ancien directeur du laboratoire de microbiologie, unité CNRS, Université de Strasbourg.
rl-page-1-epandage

rl-7-12-2016-epandage-forbach-dit-non
Ci-dessus l’article du Républicain Lorrain du 7.12.2016
Le président de l’ADQV
Rémy Seiwert

Ce contenu a été publié dans Non classé, Ordures ménagères, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à NON A L’ÉPANDAGE DES DÉCHETS DE MÉTHANISATION DU SYDEME

  1. MATEJICEK dit :

    Bonjour,

    Le conseil municipal de longeville les st avold en date du 2 décembre 2016 et au cours duquel j’ai pris la parole en tant que conseiller d’opposition et expliqué à l’ensemble du conseil les risques de l’épandage de ses résidus dan nos champs . après l’autorisation donnée en 2011 par le préfet de Moselle autorisant l’épandage des boues issus des stations d »épuration il est inconcevable de laisser faire .
    Le conseil a vote sur les 26 conseillers ( 24 NON et 2 abstentions … ceux qui ont des liens avec les 23 agriculteurs intéressés au projet …)

    Slt

    Christian