NON M. SERGE STARCK , L’ADQV NE DIT PAS N’IMPORTE QUOI!

Depuis 8 ans, l’ADQV a mis en garde les deux présidents successifs du Sydeme ? MM. Stirnweis et Starck. Oui il y a 8 ans, nous avions transmis un courrier à M. Stirnweiss le 22 janvier 2008. Nous l’avions mis en garde que le passage à la TEOM n’incitait pas les concitoyens au tri. Cela reste d’actualité, même si M. Stirnweis comme M. Starck rejettent la responsabilité sur les collectivités. Pourtant à la tête de 46 délégués des 14 collectivités, ils auraient pu les convaincre. M. Starck à l’aide du Préfet et des sous-préfets a réussi à convaincre les collectivités à payer la dette du Sydeme? ALORS? Mais plus personne n’ignore que le handicap de la méthanisation des ordures ménagères repose sur un tri imparfait. Le président Starck en a fait l’amère expérience car il a en charge un énorme et encombrant terril que le sydeme cherche maintenant à offrir aux agriculteurs. Mais personne n’est dupe.Les agriculteurs se laisseront-ils soudoyer ? Les surfaces sur lesquelles seront épandues ces digestats ne produiront plus de produits bio.
L’ADQV avait mis en garde le président Stirnweis contre cette difficulté du tri pratiquement insurmontable quelque soit le procédé utilisé.
Ensuite nous l’avions mis en garde sur les tonnages nécessaires au fonctionnement de cette usine. Nous lui avions indiqué que le poids des ordures ménagères devrait diminuer sensiblement au cours des prochaines années et c’est bien cela qu’il faut encourager.
Nous lui avions déjà rappelé qu’en milieu rural des digesteurs individuels ou collectifs seraient autant de déchets fermentescibles qui n’auront pas à être transportés vers l’usine, d’où économie en carburant, achats de véhicules et moins de digestats pollués à éliminer.
Si à cette époque, les dirigeants du Sydeme, ou évoluait déjà un certain M. Winkelmuller, nous avaient écoutés, les investissements et les dettes auraient été évités. Mais apparemment l’intérêt des usagers n’a jamais été la préoccupation des dirigeants et de l’actuel DGS qui a un brevet à titre personnel à bonifier et l’argent des contribuables venait assouvir les projets les plus irréalistes. Et aujourd’hui M. Starck perd les pédales en affirmant que l’ADQV dit souvent n’importe quoi (voir RL du 16.11.2016). L’ADQV apportera les preuves s’il en fallait encore en temps voulu. Un peu de patience. Nous avions voulu entamer une discussion avec les dirigeants M. Starck, M. Schaming VP et M. Winkelmuller DGS en août 2015 basée sur la confiance et la transparence. Malheureusement ils n’ont pas accepté de respecter ce pacte. Le temps viendra et il n’est plus très loin où il faudra rendre des comptes. Nous sommes des bénévoles au service des usagers et de leur qualité de vie. Les membres de l’ADQV n’ont aucun intérêt dans cet énorme business. Nous invitons tout simplement les dirigeants à faire preuve de responsabilité. S’ils n’ont rien à se reprocher comme le prétend M. Starck, alors il est temps de jouer carte sur table. Nous ne sommes plus les seuls à y voir clair. De nombreux élus nous ont entendus et nous les félicitons, mais ils doivent le dire haut et fort : à la presse et aux dirigeants du sydeme. Des collectifs et des associations ont compris que M. Stirnweiss, M. Winkelmuller et M. Starck ont fait fausse route et dans ces moments là: on a tendance souvent à faire n’importe quoi!
M. le Préfet nous vous en supplions vous avez des pouvoirs, vous l’avez démontré en vous écartant des recommandations de la CRC, alors pensez à nos enfants. Arrêtez le massacre!

2016-11-16-adqv

Lettre de l’ADQV à M. Sirnweiss

Le président de l’ADQV
Rémy Seiwert

Ce contenu a été publié dans Non classé, Ordures ménagères, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.